20 novembre 2006

Renaud

1973/74 : époque           Dandy chanteur des rues

                             Cette année-là, Renaud va vivre son "         époque Dandy " : chemises en dentelles, cravates lavallières,         il fréquente les hauts lieux de Montparnasse...
        C'est à cette même époque qu'il fait la manche dans         les cours d'HLM, sur les marchés, devant les bistrots etc.. Il         gratouille sa guitare et pousse ses chansonnettes ainsi que tout le répertoire         de Bruant, Fréhel, etc..., accompagné à l'accordéon         par son ami Michel Pons. Ces deux p'tits jeunes à la gouaille de         gavroche plaisent bien.        

Alors qu'ils se produisent devant le " Café de la Gare           ", ils sont repérés par Paul Lederman, le producteur           de Thierry Le Luron et de Coluche, qui les engage en première           partie de Coluche au Caf'Conç' (sous le nom des P'tits Loulous),           un music-hall sur les Champs-Elysées. Mais Renaud refuse d'enregistrer           l'album que Paul Lederman lui propose (mi-reprise, mi-création).

                      
                     

1975 le premier           disque : (et c'est pas pour de rire...)

                      Au Caf'Conç, un soir, Jacqueline Herrenschidt et         François Bernheim (lesquels signeront la musique de " Ecoutez-moi         les gavroches ") lui proposent d'enregistrer un disque de ses propres         chansons, il accepte (Hexagone, Société tu m'auras pas,         Amoureux de Paname, etc...). "Amoureux de Paname" est né.        
        Bien que réalisé avec de petits moyens, et malgré         une critique peu favorable des journaleux, le disque se vend.
        Mais Renaud croit que c'est pour rire, il ne réalise pas vraiment         qu'il a un talent caché et que sa découverte va être         un grand pas pour l'avenir de la chanson française.             

1977 : "Laisse           béton"

                             Après quelques concerts en province (avec Gilou,         l'accordéoniste de Pierre Perret), "Laisse béton",         le deuxième album de Renaud, sort enfin. Totalement différent         du premier. Dans ce disque, on trouve la puissance d'écriture qui         lui est propre. Il chante la zone, l'amour, les bandes de jeunes, nous         fait découvrir le verlan et son amour pour la banlieue et les loubards.

        Cette même année, il continue sa carrière de comédien         dans une pièce de Martin Lamotte intitulée : " Le secret         de Zonga ".
        Il joue à " La Veuve Pichard " (aujourd'hui " Le         point virgule ") toujours dans le Marais, son quartier fétiche         à cette époque-là. C'est ici qu'il rencontre Dominique         qu'il épousera plus tard.                       

                     

1978 : la découverte          

                              En avril 1978, le nouveau venu         de la chanson française monte sur la scène du Printemps         de Bourges et fait un tabac à la suite de son tube : " Laisse         béton " dont le 45 tours s'est très bien vendu...         une star est née ?                        

1979 : "Ma           gonzesse"

                      Troisième album de Renaud, toujours dans le même          que " Laisse béton "...
        "Ma gonzesse" (chanson d'amour dédiée à         Dominique), mais aussi "Chanson pour Pierrot", (qui décrit         un fils que Renaud invente et aime), "J'ai la vie qui m'pique les         yeux", chanson triste et douce, "Peau aime", jeu de mots,         d'humour et de démystification.
        Quelques chansons, qui " bougent " un peu plus, se trouvent         aussi sur cet album ("Ch'timi rock", "C'est mon dernier         bal", etc.... ).                                                  

Première           grande salle parisienne

                      Après les cafés théâtres et les sombres rues,         Renaud se produit enfin sur une vraie scène parisienne : "         Le Théâtre de la Ville ", une salle de huit cent personnes         certes, mais pleine tous les soirs pendant cinq jours... Un très         bon début !                       

1981 : l'arrivée           de Tonton et le retour de Gérard Lambert

                      13 ans après mai 68, un autre mois de mai historique, mai 81,         le 10 exactement, Tonton (François Mitterrand) est élu.         La Gauche prend le pouvoir et Renaud sort un nouvel album : " Le         retour de Gérard Lambert ", un album assez teigneux aussi.         "Manu", une chanson triste, d'un pauvre type largué,         "La blanche" l'histoire de Michel (Pons, Roy, Colucci ? ? ?),         un drogué désespéré, "Soleil immonde",         chanson écrite et composée par Coluche, "Oscar",         pour l'admiration de son grand-père mineur, un peu d'humour avec         "le père Noël noir", description des petites gens         avec "Mon beauf" et "Banlieue rouge", etc....        

Encore un disque de bonne qualité qui se vend très bien.

                      
                     

1982 : un Olympia           pour lui tout seul

                      Adieu loubard !

        En 1982, à l'Olympia, Renaud ne fait pas ses adieux à la         scène : il fait ses adieux à une période. Il donne         ses derniers concerts " loubards "... Finie l'agressivité         de "Marche à l'ombre" et "Gérard Lambert"         : il donne un récital teigneux pour la dernière fois, il         ne veut plus se donner cette image de voyou qui lui colle à la         peau depuis quelques années.

        Le double album "Un Olympia pour moi tout seul" est le dernier         de Renaud-loubard, la pochette est pourtant la plus zone de toutes. Renaud         a un air très méchant avec un blouson noir, sur un fond         noir. Pas de jeux de scène sophistiqués, pas encore, juste         une guitare en bandoulière, les jambes arquées, un peu plus         de musiciens qu'à Bobino (des choristes), toujours Jean-Louis et         Amaury (qui est toujours fâché), et toujours des salles remplies.                              

                     

1983 : Renaud           la tendresse

                             Après l'époque loubard, voici l'époque         tendresse. Renaud sort un nouvel album, enregistré à Los         Angeles. " Morgane de toi " est le 6ème album de Renaud,         le dernier chez Polydor. Un album différent des autres, autant         musicalement qu'au niveau des paroles, toujours la révolte et l'anti-militarisme         ("Déserteur", "2ème génération"),         l'humour ("Près des autos tamponneuses", "Doudou         s'en fout", etc..), l'amitié ("Loulou", "Pochtron"),         le grand large ("Dès que le vent soufflera"...). Mais         surtout beaucoup de tendresse ("En cloque" et "Morgane         de toi").

        La pochette du disque (photo David Séchan) est d'un  complètement         différent des précédentes, image de force et de fragilité,         Renaud porte sa fille dans ses bras. Serge Gainsbourg (le grand Gainsbarre)         a réalisé un clip superbe pour la chanson Morgane de toi.


1986 : le retour           de la chetron sauvage

                             La chetron sauvage, c'est du verlan, ça         veut dire la tronche sauvage. Un mec qui suce son pouce (avec son bandana         rouge) parce qu'il s'est piqué le bout du doigt avec un hameçon         n'a rien de sauvage ! Mais c'est le nom que Renaud a choisi pour la publicité         de son nouveau spectacle au Zénith (rien à voir avec la         marque de voiture qui faisait une pub pour ses chevrons sauvages à         la même époque).        

Renaud est de retour au Zénith, cette fois pour un très           grand spectacle, un port sur scène, un bateau le "Karaboudjan"           (pas celui du capitaine Haddock), des musiciens qui sont de vrais matelots,           Jean-Louis Roques est toujours là, Amaury n'est plus trop fâché,           parce qu'il est le seul à pouvoir jouer de la batterie dans un           port. Yann Benoît, Gérard Prévost, Alain Labacci,           Luc Bertin, Chinois etc.
          Un jeu de scène magique, un très grand spectacle. Une           salle remplie pendant un mois (180 000 personnes en tout !) et guichets           fermés tous les soirs pendant la tournée qui a suivi en           France, en Suisse, en Belgique, en Allemagne, au Québec.

                      
                     

On n'a plus notre           meilleur copain

                      Le 19 juin 1986, Renaud est à Montréal quand on lui annonce         la triste nouvelle ; Coluche est mort d'un accident de moto. Il écrit         aussitôt une chanson pour lui rendre hommage ("Putain de camion").         Chanson qu'il chantera, sur scène à la suite de sa tournée,         et qui sera le titre de son prochain album.                       

                     

Putain de camion          

                      Pour son prochain disque, "Renaud ne fera         aucune promo, aucune radio, ni presse pourrie, ni télé craignos",         un album noir, un bouquet de coquelicots. Selon la légende, le         coquelicot poussa sur la terre où coula le sang des Communards.         Cet album est dédié à Dominique et Lolita, et à         Marius et Romain, les fils de Coluche.
        Sans promos, ni télés, le disque s'est très bien         vendu.

        Toujours autant de révolte, d'amitié, d'humour, d'amour         et de nostalgie, mais comme aucune promo ne doit être faite, je         n'en parlerai pas plus (même 14 ans après).

                     

Visage pâle           attaquer Zénith

                      Octobre 88, un arbre énorme et majestueux (un bonzaï         géant !) a poussé à La Villette.

        Enfin à Montpellier plus exactement. Pour continuer son pied de         nez envers les médias, Renaud fait sa première parisienne,         au Zénith de Montpellier, ce qui ne l'empêche pas de faire         un nouveau triomphe, et de remplir le Zénith (de Paris) pendant         plus d'un mois et les salles de province, de Suisse, de Belgique et du         Québec par la suite.

        Un décor magique, un arbre gigantesque, de la vraie pelouse, une         balançoire accrochée à une branche, un banc où         l'on peut s'asseoir 5 minutes, un accordéoniste devenu jardinier         (après avoir été matelot 2 ans avant), Amaury n'est         plus fâché, il est perché à la cime, il domine         la situation, des choristes déguisés en vampires, un cœur         avec des initiales gravées sur le tronc, et un p'tit chanteur aux         ch'veux jaunes en pleine forme.               

1991 : marchand           de cailloux

                      Après la grande gloire du Zénith et de la tournée         qui a suivi, nouvel album : "Marchand de cailloux".        

Un album plus " sage " que les précédents,           bien que certaines chansons n'envoient pas dire ce qu'elles ont à           dire, le côté " chanteur engagé " reste           présent.

       

"Marchand d'cailloux" : explique bien que ce monde est dégueulasse.
          "L'aquarium" aussi, au travers de ce pauvre petit poisson           rouge innocent, qui cherche un trésor planqué, sans voir           que le monde qui l'entoure est complètement pourri.
          "Olé" : encore un sujet pas négligeable : "           la corrida ", tout ce folklore autour d'une pauvre bête qu'on           assassine sauvagement et cruellement pour la gloire d'un homme et son           habit de lumière.
          "La ballade nord-irlandaise", (qui est superbe), "Le           tango des élus", "P'tit voleur", "500 connards",           sont bien énervantes aussi pour ceux qui sont concernés.
          On retrouve un peu d'humour avec la suite de "Ma chanson leur a           pas plu".
          Et toujours beaucoup de tendresse et de nostalgie : "Je cruel",           "Tonton", "Dans ton sac", etc.

                      
                     

1992 : le casino           de Paris

                      Le 11 mai 1992, pour ses quarante ans, Renaud monte sur la scène         du Casino de Paris. Une salle plus chaleureuse et plus conviviale que         les précédents Zénith, pas de décor pharaonique,         toujours les mêmes musiciens (un peu moins nombreux).
        Aucune tournée à la suite de ce spectacle, juste des festivals         d'été (Francofolies, Leysins, etc.).        

                     

Au Nord c'était           les corons...

                             C'est juste après le Casino de Paris         que Claude Berry (qui le lui avait promis depuis plus de dix ans) "         trouve " enfin un rôle qui colle à la peau de Renaud.        

Etienne Lantier dans Germinal de Zola, le rôle d'un mineur, révolté,           qui veut changer cette société.
          Renaud ne pouvait pas refuser un tel rôle. En mémoire de           son grand-père, il accepte volontiers.
          Il joue aux côtés de Jean Carmet, Miou-miou, Gérard           Depardieu, etc.

       

Un très grand rôle dans un très grand film !


Charlie hebdo          

                      De 1992 à 1996, Renaud a écrit chaque semaine une chronique         dans Charlie hebdo. Deux recueils sont sortis : " Bille en tête         " et " Envoyé spécial chez moi ".
        Il a fait une tournée en Bosnie avec Philippe Val.


                    

  J'avoue que je me suis pas fatiguer pour la bio je l'ai prise sur son site officiel. Sacher juste que ceci est temporaire le temps d'en refaire une vraie avec mes petite mimines. Peut-être qu'elle seras moins compléte que celle ci mais elle auras le merite d'être personnel. En attendant la catastrophe je vous laisse vous regaler avec celle ci

Posté par Tyranha à 18:27 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Renaud

    bravo !

    Jolie rétrospective retraçant la carrière de l'auteur de "laisse béton" . Que de tubes depuis 1978 et de salles remplies de tout ces "jeunes qui ne deviendront jamais vieux" selon le bel aphorisme de Frédéric Dard . J'ai une grande tendresse pour Renaud et , pour ma part mon disque préféré est "Morgane de toi" paru en septembre 1983 qui se vendra à plus de 1 500 000 exemplaires et engendrera de nombreux tubes tel "dès que le vent soufflera" , "En cloque" ou "morgane de toi" et ou , le ton est si serein et apaisé ...sans parler des arrangements magnifiques : un must !

    Posté par jean-philippe, 16 août 2010 à 17:14 | | Répondre
Nouveau commentaire