15 septembre 2007

La Fête de l'Huma en un concert: les Fatals Picards!

En allant à la Fête de l’Humanité, j’avais deux objectifs : voir les Fatals Picards et ne pas débourser un seul centime, afin de préserver les bonnes traditions communistes en faisant en sorte de ne pas enrichir les Grands Patrons, et ce même s’ils ne sponsorisent pas le festival.

Après une entrée à l’intérieur de la Fête de l’Huma en toute illégalité (en même temps, les communistes ne sont pas là pour faire du bénéfice, ils s’en foutent de savoir si t’as quinze ans ou plus), la bonne odeur des festivals musicaux se fait ressentir : canettes de bières jonchant le sol alors que ça n’a commencé que depuis trois heures, personnes à moitié titubant, chantant et tenant une bouteille d’eau qui ne contient pas que de la flotte, des stands de bouffe de Merguez-Frites, Kebab au confit de canard (véridique) ou Huîtres... Rajoutons à cela les particularités de l’Huma, a savoir les grands-parents communistes qui viennent avec leurs petits enfants, les stands pour te faire adhérer au PC, les T-Shirts du Che dans tous les coins, les toilettes payantes, les buvettes vendant du Che-Cola (ou du Coca Cola pour les plus à Droite) ; et nous voyons que c’est un lieu très sympathique, où convivialité, bonne humeur, paradoxe et joint font bon ménage.
Les plans étant payant, trouver la fameuse scène Zebrock où va avoir lieu le concert du soir ne va pas être de la tarte. Cependant, après un détour par la Rue Elsa Triolet, un magnifique panneau jaune nous indique où aller. Un sens de l’organisation magnifique chez ses communistes, nous pleurons de joie avant de nous rendre sur cette scène, où l’ambiance bat déjà son plein.

Peu de personnes sont regroupées devant, mais il apparaît néanmoins que ce sont des fans des Fatals, puisqu’ils entonnent tous ensemble des hymnes tels Djembé Man ou Chasse Pêche et Biture. Les picards sont dans la place, il ne reste plus qu’à attendre le groupe en chantant tout leur répertoire une première fois, pour s’échauffer avant qu’il ne soit entonné par nos Maîtres Picards.
Se laissant désirer, ils nous font patienter dix minutes de plus que l’horaire prévu les bougres, mais la fête battant son plein, nous ne les verrons pas passer. Finalement, 21H50 sonnant, ils arrivent sur scène tel de majestueux goélands, nous font un petit speech rapide avant de commencer fort : Pour se mettre dans une ambiance égocentrique et vaniteuse, ils ouvrent les hostilités en entonnant « On se demandait ». Les cris et la foule s’agitent, mais ce n’est pas encore l’Ambiance.
Sous les applaudissements de la foule, ils introduisent de façon décalée leur prochaine chanson. Le public attend impatiemment le nom de cette sus nommée chanson, mais ce n’est que lorsque nous entendons une mélodie rappelant les jeux d’argent que nous comprenons : « La Française des Jeux » commence, le délire nous prend, la Fête débute.

Une telle ambiance règne sur les premiers rangs où nous sommes que je sens que je ne vais pas tenir tout le concert, alors que mes voisins de deux mètres si. C’est pour cela que nous décidons, malheureusement, de nous éloigner un peu de la zone de turbulence afin de participer au concert sans mourir écrasé.
Ainsi, le concert nous permettra de chanter (ou gueuler) beaucoup des chansons du dernier album, dont Djembé Man, Seul et Célibataire, Moi je vis chez Amélie Poulain, Commandante mais aussi des ancienneté telles Chasse Pêche et Biture ou Goldorak est mort.
Mais c’est surtout avec Les Bourgeois que la foule s’animera et que le public se lèvera, criant en cœur une chanson parfaitement en accord avec l’ambiance : « Cette année encore il pleuvra à la fête de l’Huma, ça sera la faute des bourgeois ! Des BOUR-GEOIS ! », bien qu’il n’y ait pas l’ombre d’une goutte, nos voix s’égosillent sur ce refrain dément.
Sans compter le moment où la Sécurité de l'Emplois commença, des cris s'élèvent, l'Ambiance de folie est là, sans aucun doute nous sommes entourés de professeurs qui clament leur amour de cette chanson.

Terminons par le rappel qui nous aura permit de chanter à la gloire de Bernard Lavilliers malheureusement absent, de faire un hommage au public dans une autre dont le nom m'échappe et de nous reposer avec Dors mon Fils comme berceuse afin de clôturer le tout sur une note plus douce, mais tout autant rock.
Finalement, nous apprendrons dans ce concert que Superbus a refusé une chanson parce qu'ils ne comprenaient pas les parôles, et donc les Fatals en auront hérité; que Yvan nommera son gosse, après avoir hésité entre Marie-Georges et Jacques Martin (sur lequel ils se seront permit un peu d'humour noir), Emile-Louis ("Je m'appelle Emile Louis joliiiiiiie!") parce que les prénoms composés ça fait classe. Un bon bilan quoi.

Un excellent moment de divertissement, à ne pas en douter, qui ne peut être apprécier que si l’on connaît les chansons des Fatals bien évidement, mais passé cette étape, c’est un pur bonheur qu’on voudrait prolonger.
Ah, si seulement je n’avais pas eu sport le lendemain matin à 8H, peut être l’aurais je encore plus apprécié...

Posté par TheLetoWalker à 18:05 - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur La Fête de l'Huma en un concert: les Fatals Picards!

    Un Dé pendant ce Picard, dis...

    La sécurité de l'emploi est en passe de devenir l'hymne des profs. Si si, je le certifie. Et puis pour le sport, parce qu'en soi c'est pénible, c'est toujours mieux après les Fatals Picards. Sinon, concernant l'âge, c'est normal que les mineurs soient bien accueillis du côté de la fête e l'Huma: ce fut longtemps une assise électorale du PCF dans les régions du Nord...

    Mais trève de plaisanteries: tu me copieras 100 fois "S'il y a bien un lieu où je dois dépenser mes économies, c'est bien à la fête de l'Huma, histoire de renflouer le Parti, qui en a bien besoin, le pauvre."

    Posté par seleniel, 17 septembre 2007 à 13:59 | | Répondre
  • Le choc c'est quand meme la pub pour Lagardere Activ avant les concerts.

    Posté par Loïc, 18 septembre 2007 à 06:30 | | Répondre
  • -Pas d'inspiration-

    Pour le fait que la fête de l'Huma ne fait pas payer les moins de quinze ans, j'ai toujours vu ça comme une façon de les ramener pour qu'ils s'intéressent le plus tôt possible à l'adhésion au PC.
    Mais, puisque tu es si strict Seleniel, j'm'en vais te faire ces 100 lignes (héhé, je réponds à ça avec une semaine de retard, le temps de finir tout mon boulot). Je te les rends sur l'ordi je suppose?

    Pour le sport, j'te verrais bien te lever à 6H30 du mat' après t'être couché à 00H30 pour aller faire de l'endurance, c'est TRES sympathique.



    Comment ça je flood dans les commentaires?

    Posté par Lote/Leto, 24 septembre 2007 à 20:17 | | Répondre
Nouveau commentaire